Cher(e)s Collègues,

Le 18 mai, le PRAC a fait une recommandation favorable à l’utilisation d’Esmya sous les conditions suivantes :

  • pas d’instauration chez des patientes ayant des antécédents hépatiques ;
  • seules les patientes non éligibles à la chirurgie peuvent avoir plus d’un cycle de traitement ;
  • réalisation d’un bilan hépatique avant mise sous traitement. Si ce bilan montre un résultat de transaminases deux fois supérieur à la normale, ne pas initier le traitement ;
  • réalisation d’un bilan hépatique de suivi tous les mois pendant les deux premiers cycles de traitement. Si le bilan montre des résultats trois fois supérieurs à la normale, le traitement doit être arrêté et la patiente suivie ;
  • réalisation d’un bilan hépatique deux à quatre semaines après l’arrêt du traitement. Si le bilan montre des résultats trois fois supérieurs à la normale, la patiente doit être suivie ;
  • une carte d’information patient doit être incluse dans chaque boîte d’Esmya.

Ces recommandations doivent être entérinées par les autorités européennes puis françaises d’ici fin juillet pour qu’elles deviennent valides. Jusque-là, les mesures transitoires en vigueur de l’ANSM et des autorités européennes restent d’actualité.

Israël Nisand - Président du CNGOF

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5