Communiqué du CNGOF sur l’IVG
 
Paris, le 25 mars 2019.
 
Le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français, à la suite de son conseil d’administration du 22 mars 2019 rappelle à l’unanimité que l’IVG constitue depuis près de 45 ans un droit des femmes à part entière qui ne peut en aucune manière être remis en question par quelque revendication catégorielle que ce soit. Dans les pays où l’IVG est illégale les femmes en meurent. Ce droit des femmes s’exerce avec l’aide pratique des médecins, gynécologues-obstétriciens, gynécologues médicaux et médecins généralistes ainsi que des sages-femmes pour l’IVG médicamenteuse. Cette prise en charge s’effectue dans le respect de la clause de conscience inhérente à tous les actes médicaux et, dans notre pays, son respect n’obère en rien le droit des femmes à disposer de leur corps.
 
Le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français a édicté des recommandations pour la pratique clinique en 2016 qui constituent désormais la référence de la pratique médicale dans ce domaine. Réunissant des praticiens d’exercice libéral et public, le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français est attaché à la continuité des soins pour les femmes et à la disponibilité des équipes pour assurer, dans le confort et la sérénité, une prise en charge de qualité tant sur le plan physique que psychologique.
 
Tous les services publics de gynécologie obstétrique ainsi que de nombreux spécialistes d’exercice libéral ont à cœur de contribuer à ce que les femmes en demande d’IVG puissent l’obtenir, sans délai, dans de bonnes conditions cliniques en respectant le choix des femmes sur la technique utilisée.
 
Le CNGOF condamne avec vigueur les menaces qui ont pu être émises sans aucune concertation préalable sur l’exercice de ce droit des femmes dans notre pays.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5