Imprimer

Un acte d’exploration de l’infertilité en échographie est né en 2021 !
Le JKQJ350

L’épreuve de perméabilité des trompes utérines

au cours d’une hystérosalpingosonographie de contraste.

Après deux ans de travail, associant :

  - la Commission Nationale d’Echographie du CNGOF,
  - la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM),
  - le Conseil National Professionnel de Gynécologie Obstétrique et Gynécologie Médicale
  - la Société de Médecine de la Reproduction (SMR),
  - et pilotés par l’équipe de la CNAM,

la validation de cet acte si important en gynécologie et en échographie de l’infertilité est maintenant acquise.

Il vient compléter le travail fait au cours de l’échographie pelvienne spécialisée en 2D et en 3D (dépistage des anomalies utérines, réserve folliculaire, absence ou présence d’une endométriose, diagnostic préalable d’un hydrosalpinx) entre J5 et J10 environ, en dehors des règles, et avant que l’endomètre atteigne 8 mm pour des raisons de fluidité et de migration vers les trompes.

Utilisé usuellement dans l’exploration tubaire dans de nombreux pays européens, dont la Belgique et l’équipe de Louvain, l’Hyfosy (hysterosalpingo-sonographie) était encore peu utilisé en France en raison de sa non codification qui interdisait son remboursement alors que l’ensemble du bilan et des traitements de l’infertilité est pris en charge par la CPAM à 100%.

Quelques équipes, dont la nôtre, l’utilisent depuis de très nombreuses années. Cet acte simple, non douloureux, non allergisant et non irradiant, s’est depuis longtemps intégré à un acte unique (le tout-en-un) « FERTILSCAN », développé au Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil dans le service d’AMP., Nous utilisons exclusivement cette méthode intégrée de visualisation des trompes dans le bilan d’infertilité en première intention, l’épreuve de perméabilité tubaire prenant sa place légitime dans l’examen échographique gynécologique avec l’exploration de l’utérus et des ovaires.

Gain de temps, gain de confort et gain de qualité pour la patiente, gain de rendez-vous pour l’équipe médicale.

Enfin, l’étude de la perméabilité tubaire sous échographie couplée à une échographie approfondie préalable, acquiert sa reconnaissance en France !

Mieux vaut tard que jamais.

La définition de l’acte est précise, elle doit être pratiquée par un gynécologue ou un radiologue formé à cette technique.

Il est accessible dès maintenant dans la mise à jour de la nomenclature.

Depuis 3 ans, nous avons créé au CHI de Créteil (Unité d’AMP), l’école E3F (Formation à l’Echographie de la Fertilité de la Femme), qui avec déjà plus de 18 sessions de formations, a formé plus de 250 collègues qui pratiquent l’échographie gynécologique ou l’AMP.

Pour fêter l’évènement, nous publions dans notre Journal une proposition de classification simple (en 3 temps) pour interpréter le résultat de l’Hyfosy (article soumis) et l’algorithme de la démarche diagnostique.

Restera cette année à régler le remboursement du produit Exem Foam kit mais c’est encore une autre histoire …

Jean-Marc Levaillant et Nathalie Massin
Unité d’AMP du CHI de Créteil

Télécharger le document en format PDF :



Télécharger également :

L’HYFOSY DANS LE BILAN DE PERMÉABILITÉ TUBAIRE : SÉMIOLOGIE ÉCHOGRAPHIQUE ET PROPOSITION D’UNE CLASSIFICATION :





Catégorie : Actualités

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn