La France a pris un ensemble de mesures fortes pour lutter contre le cancer du col utérin : le dépistage est désormais inscrit dans un programme organisé national et, depuis juillet 2019, la Haute Autorité de santé a publié des recommandations préconisant de nouvelles stratégies de dépistage primaire : il doit désormais se baser sur le seul test HPV, et non sur le frottis, pour les femmes de plus de 30 ans.

Ces changements, parfois complexes, bousculent les pratiques habituelles et ne restent que partiellement mis en œuvre. C'est pourquoi un accompagnement pédagogique des professionnels et des femmes s'avère aujourd'hui indispensable, les médecins biologistes sont des acteurs cles du dispositif.

Comme président de la commission col-HPV du CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens), nous éditons et diffusons une application innovante gratuite sur la gestion des résultats du test HPV dans le dépistage primaire du cancer du col. Cette application a vocation à accompagner le professionnel, à adopter de nouveaux réflexes de prise en charge, à être un outil simple pour l'aide à la décision et à participer à la transition numérique de la formation médicale.

Joseph Monsonego

Commission Col-HPV (CNGOF)

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5