Imprimer


Les fibromes

Ce sont des boules de muscle qui se développent sur l’utérus. Elles sont toujours bénignes. On n’en connaît pas bien la cause mais on sait que :


• Les fibromes sont plus fréquents chez les personnes noires ;
•Les hormones féminines, en particulier les œstrogènes, les font grossir ;
• Les fibromes peuvent augmenter de volume pendant la grossesse sous l’effet des hormones sécrétées par le placenta ;
• Après la ménopause, les fibromes ne font plus parler d’eux.
• Les fibromes peuvent se développer :


o Dans la cavité utérine et donner des hémorragies lors des règles (ménorragies) entraînant parfois une anémie ;
o Hors de la cavité et pouvant alors comprimer la vessie, le rectum, le canal qui conduit l’urine du rein à la vessie ou uretère)
o Ils peuvent sortir de la cavité utérine par le col et s’infecter. (Fig. 26)

4
Fig. 26 - Différents types de fibromes


Les fibromes peuvent aussi gêner pour être enceinte ou perturber la grossesse en favorisant une fausse couche, un accouchement prématuré, une insertion anormale du placenta. Du fait de son volume, le fibrome peut gêner l’accouchement car l’enfant ne se présente pas tête la première ; le fibrome empêche l’accouchement par voie naturelle (fibrome praevia fig. 27) rend le travail inefficace, empêche une bonne contraction de l’utérus après la naissance, cause d’hémorragie.

4bisFig. 27 - Fibrome praevia gênant l’accouchement

• Le traitement du fibrome n’est nécessaire que s’il entraîne des complications (hémorragies, compressions, infection, infertilité…). Si le fibrome est de taille inférieure à 8 ou 10 cm et n’entraîne pas de troubles, vous pouvez le garder. Il ne deviendra pas cancéreux et après la ménopause dimunuera un peu de taille sans disparaître.
• Le traitement du fibrome peut être médical ou chirurgical.

Le traitement médical :


o Comme on ne connaît pas la cause du fibrome, il n’y a pas de médicaments pour faire disparaître les fibromes. On ne peut traiter que les symptômes : les hémorragies, les douleurs.
o Le traitement des hémorragies comporte des hormones dérivées de la progestérone (progestatifs) et des médicaments destinés à arrêter les saignements (hémostatiques).
o Le traitement de la douleur repose sur les anti-inflammatoires.

 

Le traitement chirurgical consiste à enlever le fibrome (myomectomie) ou à enlever l’utérus (hystérectomie) si la femme ne veut plus d’enfants ou s’il n’y a pas d’autre solution.
La myomectomie consiste à enlever le ou les myomes les plus importants en laissant l’utérus. Il restera souvent de petits fibromes gros comme des petits pois. Ces petits fibromes pourront à leur tour grossir, ce qui explique qu’après une myomectomie il soit possible d’avoir une récidive. Le traitement conservant l’utérus est le seul possible chez une femme qui souhaite des enfants. L’ablation du ou des fibromes peut se faire par :


o Voie naturelle si le fibrome apparaît au niveau du col ou est accessible par hystéroscopie dans l’utérus ;
o Voie cœlioscopique s’il n’y qu’un ou deux fibromes trop gros ;
o Voie abdominale (laparotomie) si les fibromes sont très nombreux et très gros.


Est-il possible d’accoucher par voie basse en cas de grossesse après une myomectomie ?
Lors d’une grossesse après une myomectomie, la césarienne n’est pas systématique. Tout dépend de l’endroit où se trouvait le ou les fibromes, de leur taille, du nombre de fibromes enlevés. S’il n’y avait qu’un seul fibrome dans la cavité utérine ou développé à l’extérieur de l’utérus (myome sous séreux), l’accouchement par voie basse sera possible. C’est au gynécologue qui vous a opéré d’en décider.


 L’hystérectomie consiste à enlever l’utérus et à conserver les ovaires. Cette intervention met à l’abri des récidives mais ne permet plus d’avoir des enfants. Elle peut se faire par :


o Voie naturelle (hystérectomie vaginale) si le ou les fibromes ne sont pas trop gros. Il n’y aura pas de cicatrices visibles.
o Voie cœlioscopique : il y aura une ou plusieurs petites cicatrices sur le ventre.
o Voie abdominale : il y aura une cicatrice transversale à la limite des poils pubiens, le plus souvent très peu visible.


On doit me retirer l’utérus pour cause de fibromes. On me propose de retirer les ovaires aussi alors qu’ils sont sains. Je serai donc ménopausée plus tôt. Donc que faire ?
On doit vous garder les ovaires s’ils sont sains pour éviter une ménopause anticipée. Les ovaires continueront à fonctionner jusqu’à 50-55 ans.
L’embolisation est une nouvelle technique qui consiste à introduire par une artère de la cuisse un petit instrument qui va injecter des petites billes de polystyrène qui vont boucher les vaisseaux qui nourrissent le fibrome (Fig. 28). De ce fait, il ne grossira plus et diminuera de volume ; il ne saignera plus. Cette technique, pratiquée par les radiologues, permet d’éviter l’opération mais nécessite une hospitalisation de 3 jours, une anesthésie péridurale (car c’est douloureux). Le taux de succès sur les hémorragies est de 70 à 80%. Comme dans la myomectomie, il y a un risque de récidive voisin de 20%).

5
Fig. 28 - Embolisation d’un fibrome

Nike Air Max 98
Catégorie : Maladies

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn