L’endométriose est due à la présence ailleurs que dans l’utérus de la muqueuse qui tapisse normalement la cavité uterine (l’endomètre). On trouve alors de l’endomètre dans les ovaires, sur le péritoine, l’intestin grêle, le vagin, voire la paroi abdominale, les poumons. Cette maladie est bénigne et entraîne des douleurs pelviennes ou des troubles de la fertilité ou les deux. Elle ne devient jamais cancéreuse et guérit toute seule à la ménoapause. Cette maladie est plus fréquente de nos jours que jadis. Elle frappe 10 % des femmes et 20 % des femmes qui consultent pour infertilité ou douleurs lors des règles.

Pourquoi l’endométriose ?

La cause de cette affection est mal connue. Normalement, chez la femme qui a ses règles, il est banal que du sang de règle reflue par les trompes et soit retrouvé dans l’abomen. Dans la grande majorité des cas, cet endomètre disparaît. Chez certaines femmes, il se greffe sur les ovaires, le péritoine et à chaque cycle il va saigner. Ce sang de règle ne pourra pas s’échapper et constituera des kystes remplis du vieux sang de règles. Au fil des ans, ces lésions vont augmenter tous les mois et abîmer les ovaires, les trompes, la vessie, le rectum…

6
Fig. 29 - Endométriose de l’ovaire droit

Les signes de l’endométriose

En général, cette affection est découverte car la patiente consulte pour :


➢ Des douleurs pelviennes qui surviennent lors des règles, en particulier à la fin de celles-ci. Ces douleurs augmentent au fil des ans ;
➢ Une infertilité ;
➢ Des signes digestifs ; sang dans les selles à la période des règles, difficultés pour aller à la selle, faux besoins ;
➢ Des signes urinaires, en particulier du sang dans les urines à la période des règles ;
➢ Une consultation de routine ;
➢ Le médecin découvre des lésions dans le cul de sac postérieur du vagin, des kystes ovariens au toucher vaginal ;
➢ L’échographie permet de voir des kystes ovariens remplis de vieux sang ;
➢ La cœlioscopie sera faite pour affirmer le diagnostic et en faire le bilan car les lésions sont souvent plus étendues qu’on ne le pense après l’examen clinique ou l’échographie. Cet examen permettra aussi d’apprécier les chances ou non d’obtenir une grossesse sans le recours à l’assistance médicale à la procréation.


Traitement

Si la femme souffre, le meilleur traitement est de bloquer les règles en lui donnant une pilule contraceptive en continu. La femme enchaîne les plaquettes de pilules sans s’arrêter. Il n’y aura donc pas de règles ni de saignements dans les lésions d’endométrioses qui sont dans le ventre. Les progestatifs (en comprimés ou en piqûre) peuvent aussi être utilisés dans le but de supprimer les règles. Au bout de 6 mois ou un an, on pourra reprendre la pilule de manière classique. Le traitement de blocage de l’ovaire en continu ou discontinu sera éventuellement prolongé jusqu’à la ménopause car à l’arrêt de fonctionnement des règles la maladie guérit.
Si l’endométriose est découverte dans le cadre d’un bilan d’infertilité, tout dépend de l’importance de l’endométriose.
Si l’endométriose est peu importante, les lésions pourront être enlevées par chirurgie cœlioscopique et on pourra conseiller au couple d’avoir des rapports pour avoir rapidement un enfant avant que l’endométriose ne récidive. La grossesse est un bon traitement de l’endométriose car il n’y a pas de règles pendant 9 mois !!
Si l’endométriose est sévère ou le sperme du mari médiocre, le traitement cœliochirurgical sera fait, mais ensuite on bloquera les règles avec l’idée d’avoir recours à une fécondation in vitro. L’expérience montre en effet que si les lésions d’endométriose sont importantes, les chances de grossesses spontanées sont faibles, même si le sperme du mari est bon. Si les lésions d’endométriose sont sévères et le sperme mauvais, on comprend que la grossesse ne surviendra pas et que l’endométriose récidivera, faisant perdre le bénéfice de l’intervention. Les résultats de la fécondation in vitro pour les endométrioses sévères sont bons et voisins de 20 % par cycles de traitement.

Peut-on être enceinte spontanément malgré une endométriose ?
Bien sûr, si les trompes ne sont pas complètement bouchées. L’endométriose rend surtout plus difficile la fécondation, mais si le compagnon est très fécond parce qu’il a un très bon sperme, une fécondation peut survenir. Dans ce cas, la qualité de la semence compense la faible fécondité de la femme.
Les kystes ovariens

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5