Imprimer

Les signes avant-coureurs de la ménopause sont fréquents. Il s’agit du :
➢ Raccourcissement des cycles : par exemple les règles surviennent tous les 25 jours au lieu des 28 habituels ;
➢ Les règles sont irrégulières : elles sautent un mois ;
➢ On observe des signes en rapport avec l’absence de progestérone : seins tendus, douloureux avant les règles, ballonnement abdominal.

La ménopause confirmée
On évoque fortement la ménopause quand sont présents, avec l’absence de règles :
Les bouffées de chaleur ou bouffées vasomotrices (BVM) qui peuvent survenir au cours de la journée ou de la nuit.

Elles se déroulent classiquement en trois phases :
• Une première phase inconstante appelée aura ou prodrome : c’est la survenue de frissons, de tremblements, de malaise, et/ou de vertiges.
• Une deuxième phase avec sensation de chaleur, débutant au niveau du thorax et des épaules, puis s'étendant au cou et à la face, avec apparition de rougeurs et de sueurs.
• La phase de résolution avec hypersudation, palpitations et retour à l’état normal.


• Les sueurs nocturnes peuvent survenir de façon isolée sans bouffées de chaleur. Elles ont tendance à réveiller la femme.
• Les troubles génito-urinaires, avec essentiellement la sécheresse vulvo-vaginale. Ces signes surviennent et s’aggravent avec la durée de la ménopause et occasionnent des douleurs lors des rapports sexuels et par voie de conséquence une diminution du plaisir et du désir.

La femme peut également se plaindre de :

• Troubles urinaires : infections et irritations urinaires, gêne pour uriner et impériosités mictionnelles ;
• Douleurs articulaires ;
• Troubles du sommeil par effet dit « domino », secondaires au réveil nocturne engendré par les bouffées vasomotrices ;
• Fatigue ou asthénie ;
• Perte d'attention ;
• Tendance dépressive ;
• Pertes de mémoire ;
• Troubles de l’humeur avec un caractère irritable ;
• Variations pondérales (pas tant la prise de poids, qui est habituellement progressive, que la redistribution des graisses qui ont tendance à se déposer sur le ventre). On parle de répartition androïde (comme pour l’homme) des graisses.

La ménopause entraîne-t-elle réellement une prise de poids ? Pourquoi ? Comment l’éviter ?
La ménopause n’entraîne pas forcément une prise de poids si on continue à avoir une alimentation équilibrée et à faire de l’exercice. Cependant, les graisses ont tendance à se placer sur le ventre et souvent on a tendance à manger un peu plus et à faire moins d’exercice. Il faut donc rester vigilant !


Mis à part l’arrêt des règles, tous ces troubles ne sont pas constants et, d’après les enquêtes, les bouffées de chaleur ne frappent que 50% des femmes, les troubles de l’humeur, les insomnies 30%, la diminution de la libido 20%.
Il faut souligner que la ménopause n’est pas une maladie mais une étape dans la vie, la fin de la période où l’on peut avoir des enfants. 70% des femmes apprécient de ne plus avoir de règles, de ne plus avoir à se soucier de contraception et près de 50% des femmes ne se plaignent de rien, heureuses aussi de ne plus avoir les soucis liés à l’éducation des petits enfants. Il faut donc positiver et voir que, comme toujours, cet âge a aussi ses avantages !

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn