Ces risques sont liés à la diminution des œstrogènes. Il faut distinguer :

     1- Les inconvénients immédiats, survenant dès l’installation de la ménopause. Ils sont liés à l’insuffisance en œstrogènes, avec comme conséquence le syndrome climatérique : bouffées de chaleur, crises de sueurs, sécheresse vagino-vulvaire, troubles urinaires, douleurs articulaires. Bouffées de chaleur, crises de sueurs vont disparaître spontanément au bout de deux ans. La sécheresse vagino-vulvaire, les troubles urinaires, les douleurs articulaires persisteront et pourront s’aggraver.

     2- Les complications tardives
1. L’ostéoporose
L’insuffisance en œstrogène est également responsable d’une perte osseuse liée à l’augmentation du remodelage osseux. Les conséquences, comme l’ostéoporose, seront observées chez une femme sur 4, mais bien plus tard, après 70 ans, entraînant un risque accru de fractures du poignet, des vertèbres, du col du fémur.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn