La contraception par implant NexplanonL'implant est une contraception très efficace. C'est un bâtonnet souple, de la taille d’une petite allumette, que le médecin pose très superficiellement au niveau du bras.
C'est une contraception hormonale.

Le bâtonnet contient un progestatif (l'étonorgestrel) qui diffuse dans le corps et va bloquer l’ovulation, pendant 3 ans maximum, 2 ans chez les femmes obèses (suivant critères médicaux Indice de Masse Corporelle – taille/poids² – supérieur à 30).

L’implant est posé par un médecin après une anesthésie locale de la peau :


  • Entre le 1er et le 3e jour du cycle (1er jour du cycle = 1er jour des règles) chez une femme n’ayant pas de contraception hormonale préalable ;

  • Dans la semaine suivant le dernier comprimé actif, chez une femme ayant une contraception œstroprogestative.
 Il peut aussi être posé au cours d’une IVG ou d’un accouchement.


Il est efficace immédiatement si on le pose au bon moment par rapport aux règles.

Les contre-indications sont exceptionnelles car l’implant ne contient pas d’œstrogènes, contrairement à la plupart des pilules. Une femme diabétique ou présentant un taux élevé de cholestérol peut se faire poser un implant.

L'effet secondaire principal de l’implant est l'apparition de saignements avec une très grande variabilité. En effet, la délivrance d’hormones n’est pas cyclique comme avec la pilule œstroprogestative et une seule hormone est libérée, le progestatif, qui va empêcher totalement ou partiellement le développement de la muqueuse utérine.

Chaque femme va réagir à "sa façon" à l’implant : certaines n’ont plus de règles, d’autres ont des saignements espacés plus ou moins abondants, certaines des saignements rapprochés parfois abondants pouvant nécessiter un traitement. Dans 1/3 des cas, les saignements seront permanents entraînant alors une demande de retrait par la patiente. Il faudra se donner un délai d'observation suffisamment long avant d'accepter l'ablation de ce dispositif.

Plus rarement, l’implant est responsable d’une prise de poids ou d’acné.

Dès le retrait de l’implant, vous retrouverez rapidement vos cycles habituels.

Le retrait de l’implant peut être effectué à tout moment (3 ans maximum après la pose). 
Pour retirer l’implant, le médecin pratique une petite incision de la peau après avoir pratiqué une anesthésie locale (comme pour la pose).
 Le jour du retrait, un nouvel implant peut être posé au même endroit.

La surveillance conseillée avec pose d'un implant est
 une consultation médicale quelques mois après la pose pour faire le point, puis une fois par an environ. (Surveillance gynécologique habituelle).

Son coût est d’environ 106 €. Il est remboursé à 65% par les caisses d’assurance maladie.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn