Le CNGOF vous propose de participer à une évaluation des pratiques professionnelles concernant la technique chirurgicale de la promontofixation (descriptif ci-dessous).
Pour accéder au questionnaire, un simple clic ici :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfyN6-lIbwETHyB0_GAIgIv99DD_zplvzJIxnIIpgDnQtEVCQ/viewform?c=0&w=1&usp=mail_form_link

Évaluation des pratiques professionnelles concernant la technique chirurgicale de la promontofixation en France.

Nom et adresse de l'investigateur :
Dr THUBERT Thibault – CHU Nantes
38 bd Jean Monnet
44000 Nantes

Introduction
L'un des traitements chirurgicaux de référence du prolapsus génital repose sur la promontofixation par voie cœlioscopique. Depuis 1990, date de la première promontofixation cœlioscopique, cette technique ne cesse de se perfectionner et d'évoluer au fil du temps, grâce aux avancées techniques. Il existe cependant une multitude de variantes chirurgicales selon les différents praticiens. Plusieurs études rapportent une variabilité des techniques opératoires. Cette variabilité pourrait être à l'origine de résultats postopératoires différents.

Nous souhaiterions donc réaliser une évaluation des pratiques professionnelles concernant la promontofixation à l'aide d'un questionnaire, afin d'estimer de manière quantitative les habitudes et les variantes chirurgicales des praticiens, en France. Nous voulions également savoir si les pratiques réalisées correspondent aux recommandations du CNGOF et de l'AFU élaborées en 2016.

Matériels et Méthodes
- Les items du questionnaire ont été établis en rapport avec les RCP de 2016, revue de la littérature et avis auprès des praticiens.
- 5 parties :
· Présentation du praticien/indication opératoire
· Technique opératoire/matériel utilisé
· Gestes associés
· Gestion des difficultés opératoires
· Postopératoire
- Durée moyenne de réponse : 7 à 10 minutes
- Population cible : l'ensemble des praticiens réalisant une promontofixation en France.

- Critère d'inclusion :
· Être docteur en médecine : thèse validée
· Réaliser au moins une fois par an une promontofixation
· Être gynécologue obstétricien ou chirurgien urologue ou chirurgien viscéral
· Avoir une activité déclarée, qu'elle soit publique, privée ou mixte, en France
- Questionnaire anonyme en ligne, envoyé par email aux praticiens.
- Mise en ligne du questionnaire de septembre à décembre 2018.
- Les données seront conservées dans un fichier Excel protégé avec un mot de passe, les analyses seront faites avec Excel et Stata 13.
- Diffusion du questionnaire via les sites de différentes sociétés savantes telles que le CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétricien Français), la CUROPF (Comité d'urologie et de périnéologie de la femme), la SIFUD-PP (Société Interdisciplinaire Francophone d'Uro Dynamique et de Pelvi Périnéologie) et l'AFU/CUROPF (Association Francaise d'Urologie).
- Questionnaire de recherche validé par le CEROG en août 2018.

Résultats attendus
Nous attendons d'avoir une estimation des pratiques chirurgicales concernant la promontofixation, en France, fin 2018, en récoltant le plus grand nombre de réponses possible.
Le questionnaire a pour le moment été diffusé depuis quelques jours auprès de la Sifud PP et de la SCGP, avec 99 réponses.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5