Appel à participation à une étude clinique sur les fibromes

Femme souffrant de fibromes multiples symptomatiques et désirant concevoir : chirurgie ou embolisation des artères utérines ?

Télécharger l'appel à participation

Nom Version Licence Taille Date d'ajout  
Appel à  participation à  une étude clinique sur les fibromes 293.39 KB 2016

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Logo du fond pour la solidarité des femmes

 

 

 

 

 Docteur Charlotte Ngô
Praticien Hospitalo-universitaire
Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein
Hôpital Européen Georges Pompidou

FSF
91 boulevard de Sébastopol
75002 PARIS

Étude de la régulation par les adipocytes de l'expression tumorale des pompes d'efflux dans le cancer du sein

Prise en compte du rôle de l'obésité

1 – Résumé du projet

Le cancer du sein est le premier cancer féminin dans le monde. En France, on compte près de 50 000 nouveaux cas chaque année avec 11 000 décès (chiffres de l'Institut national du cancer 2012). Par ailleurs, la prévalence globale du surpoids et de l'obésité augmente. Aujourd'hui, plus de 30% de la population mondiale est concernée par un surpoids et un adulte sur 10 est obèse (Indice de masse corporelle IMC > 30 kg/m2) [1]. En France, le taux d'obésité moyen est de 14.5% en 2012, il est de 18.7% chez les adultes de plus de 65 ans [2]. Il est aujourd'hui démontré que l'obésité est un facteur de risque de cancer du sein et un facteur de mauvais pronostic [3]. Environ 10% des cancers du sein sont directement attribuables à l'obésité. Il est prouvé qu'une femme obèse atteinte d'un cancer du sein a un risque de mortalité majoré de 30% par rapport à une femme non obèse, ceci serait en partie lié à une moins bonne réponse à la chimiothérapie.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Logo du fond pour la solidarité des femmes

 

 

 

 

Docteur Charlotte Ngô
Praticien Hospitalo-universitaire
Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein
Hôpital Européen Georges Pompidou

FSF
91 boulevard de Sébastopol
75002 PARIS

Apport de la fluorescence pour la détection des ganglions sentinelles dans le cancer du sein

1 – Résumé du projet

Le cancer du sein est le premier cancer féminin en France en incidence (53 000 nouveaux cas en 2011) et en mortalité (11 500 décès en 2011). Aujourd'hui, grâce au dépistage, le cancer du sein est diagnostiqué à un stade précoce dans environ 60% des cas (T1-2, N0,M0) et peut être traité par chirurgie conservatrice avec technique du ganglion sentinelle dans 70% des cas. Le ganglion sentinelle est le premier relais de drainage lymphatique d'une tumeur du sein. La technique du ganglion sentinelle consiste à détecter ce ganglion, à l'enlever et le faire analyser. Le traitement dépend ensuite de la présence ou de l'absence de métastase sur ce ganglion.

Aujourd'hui, la détection du ganglion sentinelle nécessite une double injection : un colorant bleu qui est potentiellement allergisant et un traceur radioactif qui impose une injection supplémentaire, une organisation spécifique, parfois douloureuse pour la patiente et qui coûte cher.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Logo du fond pour la solidarité des femmes

Professeur Arnaud Fauconnier
Université Versailles St-Quentin
Unité de recherche "Risques cliniques et sécurité en santé des femmes et en santé périnatale"

Service de gynécologie et obstétrique
Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye
10, rue du Champ Gaillard
78303 Poissy Cedex

FSF
91 boulevard de Sébastopol
75002 PARIS

1 - Objectif du projet

Évaluer qualitativement le handicap des patientes endométriosiques et définir une méthode de mesure quantitative utilisable en pratique clinique courante.

2 – Résumé du projet

L’endométriose est une maladie chronique. Elle peut être relativement bénigne une fois le traitement approprié trouvé et n’entraîner au quotidien qu’une surveillance et des conséquences réduites. Mais elle peut aussi entraver la vie au quotidien tant pour la personne malade que pour ses proches et engendrer des douleurs à peine supportables.

L’endométriose est une maladie qui touche 1 femme sur 10 dans le monde, en âge de procréer. Le symptôme majeur est la présence de douleurs pelviennes récurrentes parfois très intenses, notamment au moment des règles, les dysménorrhées sévères. Les douleurs peuvent également survenir à d’autres moments du cycle et le caractère cyclique est très évocateur de la maladie. Chez certaines patientes, présentant des atteintes sévères, les lésions d’endométrioses entraînent une atteinte importante des nerfs du petit bassin féminin, atteinte qui pourrait contribuer aux douleurs extrêmes parfois ressenties. Les patientes peuvent également souffrir de douleurs lors des rapports sexuels (les dyspareunies), ou encore au moment d’aller à la selle, les exonérations peuvent être extrêmement douloureuses ; enfin elles ressentent parfois des douleurs ou difficultés pour uriner.

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

don fsf cngof5